Annuaire    |   Plan du site    |   Moteur de recherche    |   Portail ENT
Accueil
RECHERCHER


 Enquête sur l’alimentation des étudiants



ENQUETE SUR L’ALIMENTATION DES ETUDIANTS

Cette enquête a été réalisée par :

Docteur Alain Czopp Docteur Madeleine Sarfati

Avec la collaboration de Monsieur Franck Verneuil pour le programme informatique et la participation de toute l’Equipe de Paris V

Au long des années de consultation de médecine préventive, nous avons pu constater que de nombreux étudiants ont une alimentation déséquilibrée par manque de temps, manque d’organisation, mauvaises habitudes nutritionnelles.

Nous avons donc mis en place, afin d’avoir une connaissance plus précise de leurs habitudes alimentaires et de leurs conséquences (surpoids-obésité), un questionnaire papier portant sur une journée de trois repas, dont ci-joint un exemplaire (pages de 1 à 8 en bas à droite)

LE PRINCIPE :

Outre la détermination de l’indice de masse corporelle, de l’âge et du sexe, nous avons séparé la journée en quatre parties :  Petit déjeuner  Déjeuner  Diner  Grignotage

Pour chaque partie nous avons déterminé :
-  la fréquence : jamais, toujours, parfois
-  le lieu : à la maison, en chemin, à la faculté, au restaurant, au café, au fast-food enfin l’apport calorique :

Chaque questionnaire comporte une liste d’aliments ou de plats aussi exhaustive que possible pour chaque repas. Il suffit à l’étudiant de cocher le ou les plats pris.

Il nous appartient ensuite de saisir les réponses individuelles sur un programme informatique mis au point par Mr Verneuil.

A chaque plat correspond un nombre de calories établi pour une portion moyenne, de sorte que, en fin de saisie, le programme additionne et donne le nombre de calories consommées dans la journée ainsi que la quantité de glucides, lipides, protides, ce qui nous permet de déterminer l’équilibre quantitatif et qualitatif de l’apport alimentaire journalier.

L’APPLICATION :

 L’enquête a débuté en janvier 2006, et c’est poursuivie jusqu’en février 2007.

 Un peu plus de 2 000 étudiants ont accepté de remplir le questionnaire.

 203 réponses se sont révélées inexploitables.

 Les résultats de l’enquête reposent donc sur 1 797 réponses.

LES RESULTATS :

La population (figure A) Sur 1 797 étudiants, 1 199 filles et 598 garçons ont répondu, soit 67% de réponses féminines et 33% de réponses masculines.
-  L’âge moyen est de 21 ans
-  Le poids moyen est de 65 kgs
-  La taille moyenne est de 172 cm L’indice de masse corporelle moyen est de 21,5

La fréquence des repas (figure B)  Le petit déjeuner : Chez les garçons comme chez les filles, une majorité le prend régulièrement :
-  75% environ des filles
-  67% des garçons). Ne le prennent jamais :
-  5% garçons et filles De manière irrégulière :
-  20 % garçons et filles

 Le déjeuner et le dîner : Pratiquement tout le monde déjeune ou dîne de manière régulière et mange en dehors des trois repas : à ce propos dans la rubrique « grignotage » on a distingué le goûter, qui constitue un quatrième repas, et le véritable grignotage répétitif (entre 2 à 4 fois par jour ou plus).

 Le goûter et le grignotage (figure I) : On constate 50,14 % des étudiants déclarent grignoter. Réponses dans lesquelles il faut distinguer ceux qui consomment un goûter (38,68%), c’est à dire un quatrième repas, de ceux qui grignotent de 2 à 5 fois par jour (33,6%).

- Enfin 28% (garçons et filles) sautent des repas.

Le lieu de consommation (figure C)  Les petits déjeuners :
-  90 % de ceux pris régulièrement, le sont à la maison (les 10% restants sont pris, soit en chemin, soit au café, soit à la faculté).
-  70 % de ceux pris irrégulièrement le sont à la maison (15% sur le chemin).

 Le déjeuner :
-  25 % des étudiants déjeunent à la faculté
-  30 % prennent un sandwich
-  19 % déjeunent à la maison
-  Les 26 % restants se partagent entre restaurant universitaire, restaurant en ville, fast-food.

 Le dîner :
-  93% des dîners se prennent à la maison

Résultats comparatifs des IMC et de l’apport alimentaire : a) Les IMC (figure D) :
-  67 % des étudiants ont un indice de masse corporelle normal
-  21 % sont obèses ou en surpoids
-  12 % sont maigres

b) L’apport calorique (figure E) L’apport normal étant de 2 400 calories en moyenne, pour cette population, on voit que :
-  71 % mangent trop de calories toutes IMC confondus,
-  10 % seulement ont un apport équilibré (2 400 plus ou moins 10%)
-  19 % ont un apport faible o 23 % chez les filles o 14 % chez les garçons

L’équilibre glucides, protides, lipides (figure F)

-  80 % des étudiants mangent trop de glucides (sucres lents et rapides confondus)
-  60 % mangent trop de graisse
-  53 % mangent trop des trois éléments

Le rapport indice de masse corporelle/calories (figure G)

-  70 % des IMC normaux mangent trop riche
-  63 % des surpoids mangent trop riche
-  60% des obèses mangent trop riche On peut expliquer cette différence de pourcentage entre IMC normaux et IMC excessifs par le fait que parmi ces derniers un certain nombre font un régime amaigrissant (37% de surpoids interrogés, 60% des obèses interrogés).

Conclusion : Les points forts des résultats de cette enquête sont que : Sur 1 794 étudiants ayant participé à celle-ci :
-  71 % mangent trop riche en calories,
-  10 % seulement on un apport calorique équilibré. Tout aussi significatif est le déséquilibre de l’apport glucides, lipides, protides, puisque sur 1 794 réponses 6 seulement ont un apport équilibré et 1 659 (soit 92% consomment trop de l’un ou des trois).

Rappelons que l’équilibre journalier (recommandation AFFSA) est de :
-  325 grs de glucides
-  88 grs de lipides
-  81 grs de protides

LA SECONDE ENQUETE :

Conscient que la première enquête porte sur une journée type qui n’est qu’une photographie d’une attitude alimentaire à un moment donné, nous avons voulu confirmer ou infirmer les résultats obtenus par une enquête complémentaire qui a porté sur 299 réponses exploitables.

Le principe (figure 2)

Ce deuxième questionnaire vise a établir : 1) La consommation journalière des grandes catégories d’aliments :
-  Produits laitiers,
-  Viandes, poissons ou œufs
-  Féculents,
-  Fruits frais,
-  Légumes cuits
-  Crudités,
-  Sucres
-  Boissons sucrées,
-  Vins,
-  Huile,
-  Boissons, eau, tisanes 2) Les habitudes alimentaires et l’hygiène de vie :
-  Pas de sel sur la table
-  Pas de repas « sauté »
-  Degré d’activité physique 3) L’indice de masse corporelle

A chaque item correspond un nombre de points d’où il résulte qu’un score entre 18 et 23 témoigne d’une nutrition satisfaisante. Un score inférieur à 18 témoigne d’une alimentation déséquilibrée.

Les résultats :
-  73 % des étudiants ont un score inférieur à 18 (ce qui recoupe bien les 71 % de déséquilibre alimentaire dans la première enquête)
-  26 % « sautent » des repas, ce qui se recoupe bien avec les 28 % de la 1re enquête.
-  11 % ne mangent ni fruit ni légume.

CONCLUSION GENERALE : Au vu des résultats de ces deux enquêtes, il est évident qu’une éducation nutritionnelle est nécessaire et que les consultations de nutrition que nous avons mises en place dans notre service sont d’une très grande utilité. Mais à côté de cela, des campagnes répétées de sensibilisation à la nutrition seront l’outil indispensable à la lutte contre le surpoids, l’obésité et toutes les autres conséquences pathologique car elles permettent de mettre en évidence les dangers à long terme d’une alimentation déséquilibrée




Retour <


Date de modification : 2009-10-13 16:13:24





       Français - Espanol - English    45, rue des Saints-Pères 75006 Paris     > MENTIONS LEGALES   > CONTACTS